Illustration (Alexas_Fotos / Pixabay / ImmoPotam).

Monde : le boom des prix de l’immobilier nourrit les risques de bulle

Si Paris faisait partie des cinq villes les plus exposées au monde face à une bulle immobilière l’an dernier, la capitale française est moins menacée. Toutefois, le risque reste encore élevé puisque la Ville Lumière est la 8e métropole la plus menacée au monde avec un indice à 1,59…

A travers son étude annuelle menée par UBS, il en ressort que le risque d’une bulle immobilière s’est accentué en un an dans tout l’immobilier résidentiel et partout dans le monde, notamment à cause de la flambée des prix. Des villes comme Francfort (Allemagne), Toronto (Canada) et Hong-Kong (Chine) sont particulièrement en danger. Entre mi-2020 et mi-2021, en tenant compte de l’inflation, la plus grande banque de gestion de fortune au monde observe une croissance des prix de l’immobilier à 6% en moyenne. Certaines villes ont même connu une inflation à deux chiffres, comme cela est le cas à Moscou (Russie), Stockholm (Suède), Sydney (Australie), Tokyo (Japon) et Vancouver (Canada).

Le faible coût d’usage de la propriété face à la location combiné aux hausses constantes des prix de l’immobilier incitent les ménages à accéder à la propriété, qu’importe le niveau de prix pratiqué. Il est aussi observé que l’urbanisation génère moins d’engouement ces derniers mois puisque, au cours des quatre derniers trimestres, les prix de l’immobilier dans les zones rurales ont augmenté plus rapidement que dans les villes pour la première fois depuis le début des années 1990.

La pandémie de coronavirus a confiné beaucoup de gens entre leurs quatre murs, ce qui a amplifié l’importance de l’espace de vie et entraîné un appétit accru à payer des prix plus élevés pour le logement“, estime Claudio Saputelli, responsable de la recherche immobilière au sein du CIO d’UBS Global Wealth Management, dans ce dernier rapport. Cet engouement pour l’immobilier s’explique aussi par des conditions de financement très favorables pour les acheteurs, pas seulement en France ou en Europe, mais aussi dans le reste du monde.

Retrouvez le rapport complet

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.