Illustration (Myriams-Fotos / Pixabay / ImmoPotam).

Le droit de surplomb au service de l’isolation thermique extérieure

Pour encourager l’isolation thermique des bâtiments par l’extérieur, la loi Climat & Résilience crée un droit de surplomb et une servitude de tour d’échelle pour permettre au propriétaire la mise en place des équipements nécessaires à ces travaux.

Le 24 août dernier, la loi Climat & Résilience publiée au Journal Officiel introduit le droit de surplomb dans le Code de la Construction et de l’Habitation (article L113‑5‑1). Cette nouvelle mesure veut faciliter la rénovation énergétique de tous les logements construits en limite de propriété et limiter les problèmes de voisinage. L’ouvrage d’isolation doit débuter au moins à 2m du pied du mur, sauf accord entre les propriétaires pour une hauteur inférieure. Pour réaliser ces travaux, le propriétaire du bâtiment à isoler doit respecter une procédure d’information auprès de son voisin qui dispose de six mois pour faire part de son éventuelle opposition sur la base d’un motif sérieux et légitime.

Concrètement, ce droit de surplomb autorise l’isolation par l’extérieur d’un bâtiment en permettant un empiétement de 35cm au maximum sur la propriété voisine. Une indemnité doit être versée au propriétaire du terrain surplombé et définie par écrit (acte authentique ou décision de justice). Ce droit de surplomb doit permettre l’installation provisoire des équipements nécessaires à la réalisation de ces travaux d’isolation. L’entrée en vigueur de ces nouvelles dispositions doivent être validées par un décret du Conseil d’Etat qui en précisera les modalités.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.