Illustration (pierre9x6 / Pixabay / ImmoPotam).

Ancien : le marché immobilier repart en Ile-de-France (juillet 2021)

Après des mois d’incertitudes liés aux divers confinements, le marché de l’immobilier ancien en Ile-de-France retrouve de sa splendeur sur la période mai-juillet 2021. Les derniers chiffres révélés par les Notaires du Grand Paris peuvent marquer un début d’optimisme…

Entre mai et juillet 2021, 51.610 logements anciens se sont vendus en Ile-de-France, ce qui représente une hausse de 14% en un an, au moment où les Français vivaient leur premier déconfinement et relançaient l’activité. Les constats observés ces derniers mois semblent donc se confirmer, si l’on se fie aux chiffres des Notaires du Grand Paris. Les Franciliens veulent privilégier les maisons et les grands extérieurs, quitte à s’éloigner de la capitale, puisque une transaction sur trois dans l’ancien concerne les maisons, soit 21% de ventes supplémentaires en un an (16.890). Si 12.960 maisons ont été vendues en grande couronne, cela représente désormais une vente sur quatre dans l’ancien en Ile-de-France entre mai et juillet 2021 (+22% en un an). En moyenne, entre mai et juillet 2021, une maison en Ile-de-France s’est vendue à 345.400€ (+6,7% en un an).

Par ailleurs, si les Franciliens semblent regarder les maisons en grande couronne, cela ne veut pas dire que Paris intra-muros n’a plus la cote. Certes, les prix ont progressé de seulement 0,1% en un an pour s’établir en moyenne à 10.700€/m² mais il ne faut pas oublier que 10.610 logements anciens ont été vendus entre mai et juillet 2021 (+22% en un an) pour l’ensemble des arrondissements de la capitale. Les départements limitrophes à Paris (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) restent un bon compromis avec la perspective du Grand Paris et ont séduit 17.100 acquéreurs entre mai et juillet 2021, soit 7% de transactions supplémentaires dans l’ancien en un an.

D’après les prix issus des avant-contrats, le prix dans la capitale devrait continuer d’osciller dans les prochains mois entre 10.600-10.800€/m². On attend un prix au mètre-carré de 10.780 € en novembre 2021 à Paris pour les appartements, soit une hausse trimestrielle de 0,4%. Cependant, le prix serait en très légère érosion (-0,7%) par rapport à novembre 2020. D’après nos indicateurs avancés sur les avant-contrats, la hausse annuelle des prix serait ramenée à 2,7% en petite couronne en novembre 2021 pour les appartements. Elle se maintiendrait en revanche autour de 5% en grande couronne. Enfin, la pression de la demande se prolongerait pour les maisons, avec des hausses annuelles de prix qui pourraient dépasser 8% en grande couronne et s’établir autour de 6% en petite couronne“, peut-on lire dans un communiqué de presse publié par les Notaires du Grand Paris. Voilà des signaux encourageants pour l’activité immobilière d’ici la fin de l’année et les mois à venir…

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.