Illustration (rolfvandewal / Pixabay / ImmoPotam).

De plus en plus de passoires thermiques sont mises en vente

Alors qu’il ne sera bientôt plus possible de louer les logements les moins performants, certains propriétaires font le choix radical de mettre leurs biens en vente plutôt que de les rénover. Au moins, ils sont débarrassés de tous tracas…

Les logements les plus énergivores ne pourront bientôt plus être loués (dès 2025 pour la classe G contre 2028 pour la classe F). Pour y remédier et pour répondre aux exigences de la loi climat & résilience, les propriétaires pourraient engager d’important travaux de rénovation qui peuvent être partiellement subventionnés par l’Etat. Or, malgré ces aides, et comme cela pouvait être prévisible, les propriétaires ont aussi compris que ces frais élevés ne seraient pas nécessairement compensés par une hausse de loyer, surtout dans des villes où celui-ci est encadré.

Pour le gouvernement, ce sont 4,8 millions de logements à avoir les pires classes énergétiques (F et G) et 90.000 d’entre eux pourraient sortir du marché de la location dès 2025. La conséquence sur le marché de l’immobilier est simple : plutôt que de rénover, les propriétaires se préparent à envoyer des congés pour vente à leurs locataires, ce qui va raréfier le marché du locatif privé et contribuer à une envolée des loyers quand cela est possible. Dans les grandes agglomérations où le marché est déjà sous tension, ce constat se remarque déjà puisque le nombre de passoires thermiques (F/G) mises en vente a explosé en un an, comme ça peut être le cas à Rennes (+74%), Paris (+72%) et Nantes (+70%). Le même phénomène se poursuit aussi dans les villes intermédiaires, à l’image du Havre (+66%), Argenteuil (+56%) et Angers (+52%).

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.