Illustration (jcomp / Freepik / ImmoPotam).

APL : pourquoi tous ces retards dans les versements ?

Réformée au 1er janvier 2021, l’Aide Personnalisée au Logement (APL) doit faire face à de nombreux problèmes informatiques au sein de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), qui intervient aussi pour le versement du Revenu de Solidarité Active (RSA) et de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH).

La réforme de l’Aide Personnalisée au Logement (APL), qui a grandement pénalisé les jeunes pour accéder au logement, continue de causer bien des tracas à ceux qui peuvent en bénéficier. Si, en moyenne, il faut compter dix-sept jours ouvrés pour faire valoir ses droits auprès de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) toutes prestations confondues, ce chiffre varie grandement en fonction de sa situation et de son lieu d’habitation. Pour comprendre ces écarts et ces temps d’attente, cela s’expliquerait par un manque de personnel d’un département à un autre (avec 2.100 suppressions de CDI entre 2018 et 2022 sur tout le territoire) et des problèmes informatiques depuis que la réforme de l’APL a été mise en application au 1er janvier 2021. En effet, depuis cette date, l’APL n’est plus calculée sur le revenu fiscal de référence deux ans auparavant mais est désormais contemporanéisée, c’est-à-dire qu’elle évolue chaque trimestre pour tenir compte des revenus perçus sur les douze derniers mois. Inévitablement, un changement de revenus, un déménagement et / ou un changement de situation familiale sont autant de raisons pour que le calcul prenne du temps. Malgré le retard pris, la CAF sera en mesure d’honorer ses versements de manière rétroactive mais, en attendant, ce sont aux bénéficiaires de se serrer la ceinture…

Il y a eu pas mal de bugs, en particulier lors du premier trimestre 2021. Et les améliorations apportées depuis au système ici ou là ne suffisent pas à réduire le nombre de dossiers d’allocataires en souffrance“, remarque Erwan Benoit, délégué syndical CFDT de la CAF de Loire-Atlantique, au Parisien. Si la CAF tente progressivement de remédier à tous ces disfonctionnements, elle priorise malgré tout les besoins en tenant compte de la complétude des dossiers et de la précarité des ayants-droits, notamment en faveur du Revenu de Solidarité Active (RSA) ou de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH).

CAFPI, courtier en prêt immobilier et rachat de crédits

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.